L’Histoire de KOBIDO

Kobido fut créé par deux maîtres de l’Anma, afin de comprendre l’histoire du Kobido il nous faut d’abord connaître l’histoire de l’Anma. Avant la création du Shiatsu et avant l’arrivée au Japon du massage occidental, l’Anma était la seule forme de massage disponible. L’Anma se traduit littéralement par “Appuyer-Frotter”. Appuyer, malaxer, et masser sont les principes de base de l’Anma. A cette période l’Anma n’était pas une forme de massage, mais plutôt la seule forme de massage existante. L’Anma était bien établi dans la Chine antique lorsque l’Empereur Jaune régnait, et est documenté dans le Huangdi Neijing (Livre Interne de l’Empereur Jaune, une doctrine médicale qui fut la base de la médecine chinoise pendant plus de 2000 ans). Alors qu’il y a des désaccords sur le lieu d’origine exact de l’Anma avant cela, de très anciens documents japonais indiquent qu’il serait né il y a plus de 4000 ans vers les régions du Nord de l’Inde, du Népal et du Tibet.

 

L’Anma est entré au Japon depuis la Chine en l’an 562 après J-C. Les règles, l’enseignement et les standards pour la médecine étaient établis par le gouvernement en 701 après J-C et ces standards comprenaient 3 niveaux de praticiens de l’Anma: élève, praticien standard et maître praticien. L’Anma a prospéré au Japon pendant des siècles  et la compétition entre les maîtres était féroce. L’une des 7 catégories de techniques de l’Anma était le “Kyoku-te” (technique de percussion spéciale avec la main pliée) qui était une technique polyvalente utilisée dans les compétitions entre les maîtres de l’Anma.

 

La naissance du Kobido eut lieu en 1472 quand deux des meilleurs maîtres de l’Anma s’affrontaient dans une auberge à Suruga (qu’on appelle maintenant Shizuoka, au sud du Mont Fuji). La compétition a duré des mois et consistait à pratiquer des soins du visage avec le Kyoku-te. Durant la compétition les deux maîtres reconnurent chacun les compétences de l’autre et travaillèrent ensemble à la création d’une nouvelle maison (semblable à une compagnie) appelée Kobido. Ils établirent 48 techniques de Kobido, distinctes de l’Anma. Créées par deux des plus grands maîtres de l’époque, ces techniques étaient très avancées. La nouvelle clinique Kobido était située le long de le route Tokaido (entre Tokyo et Osaka d’aujourd’hui) et devint extrêmement populaire.

 

Pour les quelques centaines d’années suivantes les techniques du Kobido furent transmises à de nouveaux maîtres. Durant le milieu de l’ère Meiji (autour de 1888) des styles français de massage et de soin du visage commencèrent à entrer au Japon. La clinique Kobido s’adapta à ses nouvelles structures améliorant son programme en y incluant des soins plus profonds comprenant hydratation, nettoyage , masques et d’autres soins de la peau.

 

Après la Seconde Guerre mondiale, quand l’économie du Japon commença à prospérer dans les années 1950, le maître Kobido de la 25ème génération s’est installé à Ginza (Tokyo), pour fonder une clinique nouvelle et très exclusive. Cette clinique était dédiée à l’accueil et aux soins des personnes riches et célèbres. Durant toute sa vie le maître Ito n’eut que trois apprentis. En 1990, l’un de ses apprentis, Shogo Mochizuki, commença à enseigner aux Etats-unis. En 2006, peu avant le décès du maître Ito, Dr. Shogo Mochizuki

fut désigné maître de la 26ème génération de la maison et lignée Kobido.

 

Kobido est un art ancestral, et n’a pratiquement pas changé à travers les siècles. Cela dit, afin de continuer d’être le soin du visage le plus avancé, Kobido s’adapte au monde et aux époques. Les techniques d’origine des deux maîtres perdurent, mais la présentation et la composition des soins continuent d’être adaptées d’une décennie à l’autre.

© 1991-2016 All International Rights Reserved.

All legal rights hold by Dr. Shogo Mochizuki, KOBIDO Organic Skincare, KOTOBUKI Publications, LLC (USA), KOBIDO JAPAN, Inc.

KOBIDO® and KOBIDO LOGOs are International Registered Trademark of KOBIDO JAPAN, Inc.

®